jeudi 29 octobre 2020

S'il vous plaît. Que voulez-vous nous dire sur notre vie quotidienne ?

 

S'il vous plaît. Que voulez-vous nous dire sur notre vie quotidienne ? Pour devenir un Bouddha immédiatement ?

🌞✨💖🙏 On me demande des conseils, comment réagir, comment se comporter face à ce monde, à ce rêve éphémère, pour ne pas être réactif à tout. La plupart croient qu'ils doivent faire un effort pour vivre l'éveil afin de se libérer de toute identification avec l'éphémère. Être à l'image du Bouddha ou d'autres qui ont marqué ce monde par leurs passages, ce n'est pas quelque chose à réaliser, cela est vécu de façon complètement détachée de ce monde. Il est certain que si l'on reste identifié à ce qui sert de véhicule d'ancrage, à cette forme humaine, au temps, à la vie quotidienne, il faudra tout un exploit pour traverser tout ce qui se présente comme pièce de théâtre où chacun fait face à son propre rêve. La question à se poser est la suivante : qu'est-ce qu'il y à comprendre à tout ce qui se présente comme réalité illusoire ? Quel message doit-elle révéler et que doit-on en déduire, comprendre et utiliser ? En fait, tout ce qui se présente n'est qu'un rêve éphémère, il en est de même pour ce qui sert de véhicule d'ancrage pour ce rêve, cela nous permet de le vivre, d'en tirer des enseignements puisque tout a été écrit et ce avant même que ce soit manifesté. Le rêve est illusoire, le temps, l'espace, les dimensions et autres plans de conscience, ne sont que des éléments du rêve, un tout en un. On se retrouve à vivre le rêve, à en être la conscience, l'âme et l'esprit. Ne cherchons pas les autres, car tout dans le rêve est à l'image du rêveur, du véhicule de lumière qui sert d'ancre, sans lequel il ne peut y avoir ni expérience, ni apprentissage, ni enseignement. Car c'est par le rêve que l'on apprend ce qui est éphémère de ce qui ne l'est pas. Peu importe ce que l'on peut vivre comme émotions, comme pièce de théâtre, comme scénario, comme événement et autres, tout ce qui surgit n'est que la lumière appropriée pour vivre l'éveil, le dépouillement de toute identification. Le temps n'a aucune importance dans l'espace-temps, les dimensions et autres plans de conscience, ce ne sont que les conséquences du rêve, de sorte qu'en restant identifié, on croit que tout est réel mais qu'en fait n'est que le reflet du rêve. Pour celui qui croit que tout est réel, il ne peut pas vivre l'éveil, être totalement dépouillé de toute identification, ne plus donner d'importance, ne plus être sensibilisé ou touché par la pièce qui se joue quotidiennement, pour la simple raison qu'il croit être cette conscience face à un monde qui lui fait perdre pied, à exprimer son mécontentement, son désaccord avec ce qui ne peut pas être accepté, toléré, qu'il faut le réprimander, parce qu'il a besoin d'exprimer ses émotions. Tant que l'on croit vivre le moment présent, que l'on croit être une personne, à ce monde, au temps, à l'espace, aux dimensions et à toutes les autres croyances, à tout ce qui se présente comme réalité, on ne peut pas être en paix, puisque l'on prend position, en restant identifié aux pensées, à tout ce que l'on croit et pense être. Cela maintient dans le rêve, cela devient la réalité, à laquelle on adhère et que l'on vit comme telle. Tout est un que cela plaise ou non, c'est ainsi que l'on vit et qu'on apprend du rêve éphémère. Et qu'il est très difficile d'accepter que l'on est rien de tout cela. Alors que celui qui vit le dépouillement, n'a plus de liens, d'identification puisqu'il fait la différence entre ce qui est éphémère et ce qui ne l'est pas. Il ne vit pas le quotidien, l'instant présent comme ce qui est perçu par ceux qui s'identifient à leurs réalités. Il ne se pose plus de questions sur le pourquoi et le comment de tout ce qui se présente comme pièce de théâtre. Il sait que tout est illusoire, tout est éphémère et que la seule vérité n'est pas dans le rêve mais antérieur, ce qui ne peut être altéré, il n'y a que la lumière de la Vie Éternelle en l'Éternel Présent. Comment fait-on pour vivre cet état d'être, pour ne plus être réactif à tout ce qui se présente, à tous ces scénarios, à tous ces changements ? Qui n'ont qu'un seul but, faire perdre pied et faire réagir de manière à nourrir et à alimenter le rêve éphémère, qui perpétue le temps, l'espace, les dimensions et les autres plans de conscience, qui ne sont que des éléments du rêve, du tout en un. Il est vrai que s'il n'y avait pas eu ce vécu, ce dépouillement, il y aurait continuité à jouer le jeu consistant à croire que tout ce qui se passe fait partie de la réalité. Mais l'intelligence absolue de la lumière a montré le chemin, jusqu'à sortir de la porte de sortie et que fait-on quand il n'y a plus rien, plus de temps, plus d'espace, plus de dimensions ou quoi que ce soit ? Quand il n'y a plus personne, un vide absolu et qu'on se retrouve face à quoi, face à soi-même, dépouillé et dénué de tout. Et c'est là qu'intervient l'intelligence absolue de la lumière, que l'on prend conscience que tout est un rêve, tout est illusion, il n'y a que la lumière éternelle, la Vie éternelle en l'éternel présent. Plus de rêve, que la lumière, la paix et la joie. Cela est la plus grande libération qui soit de comprendre, de réaliser que tout ce qui est vécu, en tant que conscience, âme et esprit n'est qu'un rêve. Il n'y a pas de mots pour décrire cet état de grâce, de ce que l'on ressent, c'est une paix éternelle, rien pour l'altérer, pour faire perdre pied. Et que l'on comprend que le rêve éphémère est tout ce que l'on a pas accompagné, accueilli, accepté, respecté et aimé par le feu sacré de l'amour absolu. Le but de ce rêve est de réaliser que tout est illusion, de distinguer ce qui est éphémère de ce qui ne l'est pas, c'est assumer ce que l'on est de toute éternité pour tout consumer par l'amour absolu, cela ne demande aucun effort, ne nécessite aucun enseignement, puisqu'on en est l'essence. Tant que l'on persiste à être réactif, à vouloir quelque chose, à continuer à être identifié à des pensées, à des croyances, à toute identification éphémère, on ne peut pas être en paix puisque ce qui est présenté n'est que l'image de ce que l'on pense. On ne cherche pas à être un Bouddha ou d'autres personnages qui ont marqué ce monde. Ce que l'on doit comprendre, c'est que tout est un rêve, propre à ce que l'on a décidé de vivre dans l'espace-temps, dans cette dimension puisqu'on en est l'auteur et qu'on a aucun souvenir, et que l'on est rien de tout cela. Que l'on a en soi le réel de ce qui n'est pas, le dépouillement de tout ce qui est éphémère pour qu'on réalise par l'énoncé de ce que l'on pense, des identifications, de ce que l'on croit être la réalité n'est qu'un rêve, un mensonge que l'on croit réel, mais qui ne révèle que ce qui n'a pas été consumé par le feu sacré de l'amour absolu, ce que l'on est et libre de tout ce qui est éphémère. Cela devient un jeu d'enfant de réaliser que tout est illusion, éphémère et que la seule chose à faire est de tout consumer par le feu sacré de l'amour, l'essence éternelle, de ce que l'on est en la Vie Éternelle en l'éternel Présent à tout accompagner, accueillir, accepter, respecter et aimer avec le même amour, celui qui consume tout, qui dépouille tout ce qui est éphémère pour ne voir que la lumière éternelle dans tout ce qui est. On ne peut que révéler cette vérité absolue puisque tout est lumière, c'est à vous, à chacun de réaliser ce qui est éphémère et ce qui ne l'est pas. Pour cela, rien ne vaut l'expérience de l'amour dans tout ce qui est. Par Régis Raphaël Violette

samedi 24 octobre 2020

La tête dans le sable ou libre de voir tout ce qui est , réel ou pas.

 

La tête dans le sable ou libre de voir tout ce qui est, réel ou pas.

Libre à chacun de se nourrir de l'éphémère et de continuer à rêver, ou de s'en dépouiller pour réaliser que tout est un rêve. Je n'accorde aucune importance à ce qui se passe dans tout ce qui est éphémère. Ce n'est pas que je ne suis pas intéressé, c'est qu'en vivant le dépouillement de tout ce qui est éphémère, cela m'a ouvert les yeux du cœur, les yeux de la lumière de la Vie Éternelle. Au lieu de prendre position, j'accompagne, j'accueille, j'accepte, je respecte et j'aime tout dans l'amour absolu, en sachant que tout est un rêve. Une lutte constante entre tous ceux qui s'identifient à tout ce qui est éphémère pour leur propre bénéfice, intérêt, ne réalisant pas que tout est expérience et apprentissage et que rien d'éphémère n'est éternel, est vraiment réel, que la vérité n'est pas dans l'éphémère mais au cœur de la vie éternelle. Ce qui est drôle, c'est que tout vient de la même source éternelle, à la lumière de la Vie éternelle dans l'éternel présent. Ce qui ne peut être changé et qui est libre de toute identification éphémère. Ce qui se passe n'est que la conséquence de cette ignorance. Tout ce qui s'identifie à l'éphémère se croit distinct, sans se rendre compte qu'il est à la fois tout et rien de l'éphémère. Que nous sommes antérieurs à tout cela, et que nous avons toujours été la lumière de la vie éternelle dans l'éternel présent. Ce que nous pensons vivre n'est qu'un rêve éveillé puisque nous utilisons comme ancre ce qui appartient à l'éphémère, cette forme humaine ou d'autres, c'est ce qui nous maintient ou non prisonnier de notre propre rêve. Nous pouvons toujours penser qu'il y a une continuité après la mort, une autre dimension, un autre plan de conscience, un autre univers, un autre monde parallèle, quoi que nous croyions, que nous l'ayons vécu ou non, que nous ayons des mémoires ou pas, qui nous rappelle ces expériences et apprentissages cela reste toujours un rêve éphémère. Peu importe le temps qu'il faut pour le réaliser, même s'il faut plusieurs milliards d'années, en moins ou en plus, pour incarner plusieurs existences, tout est une illusion. Ce n'est qu'un rêve éphémère, puisque nous sommes la lumière de la Vie Éternelle dans l'Éternel Présent, c'est ce qui est réel de ce qui ne l'est pas. Le rêve éphémère est vu, vécu comme quelque chose de réel, pour la simple raison que nous utilisons une forme éphémère, une âme, une conscience, un corps qui ne sont en fait que des illusions éphémères. Chacun est libre d'accorder de l'importance à l'éphémère, de croire qu'il est une âme, une conscience qui a besoin d'expérimenter et d'apprendre ce qu'il pense et croit être. Mais tôt ou tard, nous devons sortir la tête du sable et voir que tout ce qui est éphémère n'est pas la réalité, mais un rêve, et que nous en sommes le rêveur, tout en étant la lumière de la Vie Éternelle dans le Présent Éternel consumant tout par le feu sacré de l'amour absolu. Par Régis Raphaël Violette

samedi 17 octobre 2020

Croyez le ou non, tout est un rêve.

 

Croyez le ou non, tout est un rêve.

Rien n'est réel, ce que l'on vit est un rêve, en plus d'en faire l'expérience et son apprentissage, on croit être éveillé, puisque tout ce qui est, nous le fait croire. C'est le plus grand mensonge qui soit, le fait d'y croire, de s'identifier à ce qui nous sert de véhicule d'ancrage, qui à la fois nous donne l'impression de vivre, d'être une conscience, une âme, tous nos sens sont mis à notre disposition. Tant que l'on croit être vivant, que l'on croit agir, que l'on porte toute notre attention sur tout ce qui se présente sur le grand écran de la vie, du temps, de l'espace, dimensions ou autre plan de conscience. Cela a comme conséquence que l'on reste piégé par tout ce qui est éphémère. On ne fait que répéter la même erreur de nos prédécesseurs, qui y ont cru de toute leur force, en s'identifiant à ce qui ne peut être stable, car expérimenter la vie en ce rêve, c'est être condamné à vivre l'éphémère, où tout bouge, tout change, tout évolue, tout en se recyclant. Il en est de même lorsque l'on reste identifié à ce qui nous sert de véhicule d'ancrage, c'est accumuler les expériences et les apprentissages de vies éphémères, tout a une fin et tout a une renaissance. Ainsi on se laisse piéger par nos propres pensées, à croire que tout est réel, et selon ce que l'on croit et pense être, on en fait l'expérience, l'apprentissage, tout en étant confronté aux événements de la vie, qui a comme conséquence d'apporter des changements, qui parfois ont de lourdes conséquences sur notre façon de voir la vie. Cela est peut-être nouveau ou quelque chose de récent, de savoir que tout est illusion, que l'on fait face à son propre rêve éphémère, pour la simple raison que l'on croit être éveillé, mais qu'en fait nous dormons, nous rêvons, et que tout ce qui se présente en tant que réalité, fait partie de ce rêve éphémère. En fait il n'y a personne, tout est illusion et la seule chose qui est réelle et qui ne change jamais, c'est notre nature divine, non par une identification à tout ce qui est éphémère et qui appartient au rêve, mais à ce qui est antérieur, qui est la source de tout ce qui est, qui est à la fois l'éternel présent et la vie éternelle. On peut croire ce que l'on veut en le rêve, cela n'enlève rien à ce qui s'y passe, rien n'est éternel, tout ce qui est éphémère, est confronté au temps, à l'espace, qui apporte le changement perpétuel, où tout a une fin et tout se renouvelle. Le fait d'être identifié au rêve éphémère, nous garde dans l'ignorance, l'enfermement, à toujours croire que tout est réel, vivant sans cesse des changements de dimensions ou sur d'autres plans de conscience, mais ce qui ne change jamais, c'est cette lumière, celle de la source originelle, de la vie éternelle en l'éternel présent, qui quoi qu'il arrive, consume tout par le feu sacré de l'amour absolu, puisqu'elle ne peut être altérée. Vous commencez à comprendre que ce qui ne change jamais est notre véritable nature divine, qui n'est pas issu de ce rêve éphémère et de tout son contenu, puisque nous sommes antérieurs, en tant que source originelle en la vie éternelle, qui n'est pas assujettie au temps, ni à l'espace, ni à quoi que ce soit qui est éphémère. Comprenez-vous pourquoi maintenant nous sommes tous victimes de nos propres pensées, de nos propres sens? En mettant toute notre attention sur ce qui n'est pas réel, qui change, qui ne peut pas traverser le temps, ni l'espace, ni les dimensions et ni les autres plans de conscience, on se condamne à vivre une réalité éphémère, qui n'est pas le réel. À vivre en tout temps l'éphémère, ne sachant pas comment faire face à tout cela, faire face au rêve, condamné à vivre à travers les sens et tous les changements apportés par le rêve éphémère. Il n'y a pas plusieurs façons de faire face à tout ce qui est éphémère, à tout ce qui est illusion, qui en fait se trouve être à l'image de ce que l'on croit et pense être en tant que réalité alors qu'il n'y a rien de vraiment réel, ni l'expérience et apprentissage qui se vit à travers le temps et l'espace, selon la dimension révélée, tout est illusion. Ce qui ne change pas ne fait pas partie du rêve éphémère, oublions toutes identifications aux sens, à tout ce qui sert d'ancrage à ce rêve, à la conscience, à l'âme, à l'ego ou toute autre identification à l'éphémère. Quelle que soit l'expérience vécue par les sens, ce sont que des apprentissages à ressentir et à nous maintenir dans cet enfermement, dans le rêve éphémère. On aura beau écrire de merveilleux messages, textes, œuvrer pour apporter des changements, mais s'il n'y a pas cette prise en charge d'apporter le changement intérieur comme extérieur, il ne peut y avoir de vraie libération. Se laissant prendre au jeu de ce qui n'est pas réel, qui nous garde dans le rêve éphémère, alors que ce qui est réel, se trouve être ce qui nous permet de faire l'expérience et l'apprentissage de tout ce qui est éphémère, en notre véritable nature divine, qui n'a rien à voire avec tout ce qui est éphémère. Un amour incommensurable, qui accompagne, accueille, accepte, respecte et aime tout d'un amour absolu. Puisque nous prenons connaissance de ce qui est réel de ce qui ne l'est pas, nous ne pouvons plus alimenter le rêve, ni même continuer à s'identifier, à être dans l'ego, à vouloir imposer quoi que ce soit. La seule chose à faire c'est de le consumer par le feu sacré de l'amour, d'y voir en cela qu'une expérience du rêve éphémère, de ce qui sert d'ancrage, de l'apprentissage par tous les sens, en revenant à ce qui ne peut être altéré et qui traverse le temps, l'espace, les dimensions et autres plans de conscience, il n'y a plus aucune identification à l'éphémère juste à l'éternel présent en la vie éternelle, en la source originelle où tout est amour absolu, la lumière éternelle. Par Régis Raphaël Violette

mardi 13 octobre 2020

Parlons du changement en cours, qui apporte la plus grande révélation.

 

Parlons du changement en cours, qui apporte la plus grande révélation.

Nous parlons souvent des réseaux sociaux, que nous soyons pour ou contre, tout a sa raison d'être. On peut dire que grâce à ces réseaux, l'information est vécue et véhiculée dans le moment présent. C'est très difficile pour ceux qui, d'une certaine manière, cachent tout ce qui se passe en temps réel. D'autres subterfuges seront utilisés pour cacher d'autres informations, d'autres processus. De toute façon, le monde n'est plus le même, car il n'y a plus de frontières, grâce à l'Internet, il permet à l'information de circuler à grande vitesse. Les réseaux sociaux ou toute autre organisation, que ce soit avec les proches, les connaissances, les amitiés qui sont faites par les amis, les connaissances, le réseau d'amitié prend une telle ampleur, qu'il facilite les échanges, avec un seul but, celui d'accélérer la compréhension, de comprendre dans quel enfermement, dans quel monde éphémère, que l'on se retrouve aujourd'hui. Peu importe qui nous sommes, tout a sa raison d'être, tout contribue, rien n'est laissé au hasard, tout est orchestré par une intelligence absolue, ne cherchons pas à savoir le pourquoi et le comment des choses. La seule réponse réside dans ce qui est à l'origine de tout ce qui est éphémère. Pourquoi ce message est-il né ? Pour permettre à ceux qui sont prêts à entendre une vérité complètement différente, qui n'a rien à voir avec toutes les religions, les enseignements et autres doctrines. Le but n'est pas de refaire ce monde, d'essayer de le changer, mais d'en être dépouillé de tout ce qui nous empêche de voir ce qui est vraiment réel par rapport à ce qui ne l'est pas. Combien d'êtres humains sont victimes de leurs propres pensées, de leurs conditionnements, de leur ignorance, cherchant la cause de cette souffrance, cherchant à savoir le pourquoi et le comment, afin d'apporter des solutions de paix, d'harmonie. En fait, ce qu'un homme ou une femme cherche ne peut être trouvé dans les expériences et les apprentissages de ce monde, de tout ce qui est éphémère. En fait, l'homme et la femme sont la vérité, une vérité qui n'appartient pas à ce monde, ni à cet univers ou à d'autres plans de conscience. Car la vérité ne réside pas dans l'identification avec ce qui est éphémère mais avec ce qui est éternel, ce qui ne change pas, ce qui ne peut être modifié, ce qui est la source de toute vie éphémère. Personne ne parle de la Vie éternelle, pourquoi, pour la simple raison que cela est trop banale, trop simple, il est plus important de s'identifier à ce qui sert de véhicule d'ancrage à tout ce qui est éphémère et d'attaquer tous ceux qui, par leurs expériences et leurs apprentissages, n'ont pas le même regard. En tout cas, tout être humain qui reste identifié à sa forme humaine, qui considère être une âme, une conscience, un esprit ou toute autre identification, est victime de son identification éphémère. Oubliant la vérité initiale, à savoir qu'avant toute chose, tout est Vie éternelle dans l'éternel présent. Il ne peut y avoir de plus grande paix, de plus grande joie, de plus grand amour, de plus grand silence que cette reconnaissance de qui nous sommes de toute éternité. Celui d'être dépouillé de toute identification, de la cause de cet enfermement, de cet attachement à tout ce qui est éphémère, qui n'est qu'un rêve. En tout cas, être éveillé, être dépouillé apporte la libération, il n'y a plus de jugement, quoi qu'il arrive dans ce monde éphémère, tout n'est qu'illusion, un rêve. Pourquoi révéler cette humble vérité ? Simplement pour révéler le réel de ce qui ne l'est pas, accompagner, accueillir, accepter, respecter, aimer et consumer tout par le feu sacré de l'amour absolu, tout ce qui est éphémère. Que ce message soit compris ou non, n'a aucune importance, car celui qui vit ce dépouillement, n'est plus de ce monde, tout en y étant, il ne se considère plus comme une victime, ni personne d'autre à tout ce qui est éphémère. Il perçoit ce qui est en bas et ce qui est en haut, étant la même lumière de la Vie Éternelle dans l'Éternel Présent. Que vous dire de plus, qu'il n'y a rien à juger, puisqu'il n'y a personne, tout ce qui est éphémère n'est qu'un rêve, on peut croire qu'il y a une infinité de vie, mais tout est vécu et cela avant même de le vivre par la Vie Éternelle. Le temps, l'espace et les dimensions ne sont que des identifications éphémères, ce qui nous fait oublier où se trouve la vraie réalité et ce qui ne l'est pas. Si pour une raison ou une autre ce message vous est adressé, révélé, par quelque moyen que ce soit, il vous est adressé, et vous êtes libre de le croire ou non. Cela n'enlève rien à ce que vous vivez, quelles que soient vos croyances, tout est approprié et qu'avant même que vous ne le viviez, tout est orchestré par la Vie Éternelle, dans son intelligence absolue. Peu importe à quoi vous êtes identifié, il n'y a que la Vie Éternelle dans l'Éternel Présent. Par Régis Raphaël Violette

dimanche 11 octobre 2020

Parlons de nous... du vrai nous, libre de tout ce qui est éphémère.

Parlons de nous, du vrai nous, libre de tout ce qui est éphémère.

Il est intéressant de noter que rien ne peut altérer notre véritable nature divine, qu'avant tout, nous sommes l'Éternel Présent, la Vie Éternelle, rien dans ce monde ou dans cet univers éphémère ne peut changer cela, ni même quoi que ce soit d'autre. En fait, rien ne peut s'occuper de ce qui ne peut être identifié, de ce qui ne peut être altéré, modifié, programmé et même détruit. Pourtant, ce qui est, ne peut être mesuré dans le temps, l'espace ou les dimensions, car c'est le changement éternel où rien ne dure, où tout est constamment recyclé, suivant l'action des expériences, de l'apprentissage de tout ce qui est éphémère. Nous pouvons croire que ce qui est présenté est la réalité, une réalité qui se renouvelle constamment, qui ne connaît aucune stabilité, qui connaît le changement tout le temps. L'être humain est dans l'ignorance totale, il lutte pour vivre cette vie éphémère, pour croire qu'il maîtrise la réalité à laquelle il se trouve confronté, oubliant l'essentiel, ce qui ne peut être perçu, ce qui ne peut être identifié, ce qui est de toute éternité. Tout ce que l'homme fait, c'est apprendre de ses propres actions, de ses propres pensées, c'est-à-dire vivre l'éphémère, ce qui ne dure pas, ce qui peut être modifié, altéré, reprogrammé. En fait, l'homme expérimente et apprend tout ce qui est éphémère, oubliant l'essentiel, ce qui est à l'origine de tout ce qui est, ce qui ne peut être changé, renouvelé, recyclé. Que percevons-nous sur le grand écran de l'éternel éphémère en ce moment d'éternité ? Rien d'autre qu'une renaissance infinie de ce qui est éphémère et de ce qui ne l'est pas, ce n'est pas hier que l'homme se trouve confronté à son propre destin éphémère. La terre a connu plusieurs civilisations et celle-ci n'échappera pas au temps, car tout y est consumé, rien ne peut changer cela. Sans vouloir juger ce monde, presque tous les êtres humains donnent de l'importance à tout ce qui est éphémère, vivent et apprennent ce qui ne dure pas, ce qui ne fait que passer. Quoi que nous vivions, quoi que nous croyions et pensions être, rien dans l'éphémère n'est réel, car la grande majorité des gens sont déterminés à imposer leur vérité, à juger, à condamner, à révéler ce qui est pour eux, la cause de leur souffrance, oubliant l'essentiel, qui ne peut être altéré, modifié, changé, programmé. Ce qui est antérieur, que cela nous libère de l'éphémère, qui nous dépouille de toute pensée, de toute agitation, qui ne révèle que la souffrance émotionnelle dans laquelle l'homme s'est identifié, victime de ses propres pensées. La vérité absolue est antérieure aux pensées, à tout ce qui est éphémère, mais pour la vivre, il n'y a pas beaucoup de chemins, cela ne se fait pas dans le faire, dans l'action de vouloir changer quoi que ce soit, cela se passe dans le dépouillement de tout ce qui est éphémère, quand on accepte de ne rien changer, de laisser ce qui doit être, puisque l'intelligence absolue de la Vie Éternelle sait ce qui convient à toute manifestation éphémère et ce avant même qu'elle ne se manifeste. Rien ne dure, tout change, tout évolue, pas comme l'homme voudrait l'imaginer. L'homme est victime de son passé, il en fait son présent et son avenir, vivant ce qu'il n'est pas capable de comprendre puisque son regard est focalisé sur ce qu'il pense et croit être comme vie éphémère. Oubliant l'essentiel, tout est l'éternel présent dans la vie éternelle, que l'éphémère n'est pas réel, n'est que l'expérience et l'apprentissage de celui qui s'identifie à ce qui sert de véhicule d'ancrage à l'éphémère, victime de ce qu'il vit comme réalité, oubliant ce qui est réel de ce qui ne l'est pas. Ne cherchons pas la cause de toute souffrance humaine, elle vient de son identification à tout ce qui est éphémère, de son incapacité à comprendre le pourquoi et le comment des choses, puisqu'il est la cause de ce qu'il vit, de ce qu'il expérimente, puisqu'il est la victime de ce qu'il projette, manifesté comme réalité. Quel en est le but de vivre une identification avec tout ce qui est éphémère ? Celui de se rendre compte qu'il est victime de ce qu'il croit et pense être. Oublier la seule chose qui apporte la liberté, la paix, la joie, le silence, l'amour absolu, c'est le dépouillement total de tout ce qui est éphémère, vivre cela dans l'accompagnement, dans l'accueil, dans l'acceptation, dans le respect, dans la reconnaissance et dans l'amour absolu de tout ce qui se manifeste dans l'éphémère. Voir en cela qu'un rêve, qui nous fait prendre conscience de ce que nous n'avons pas accompagné, accueilli, accepté, respecté et aimé d'un amour absolu parce que rien n'est réel. Cela n'est que la représentation de ce qui n'a pas été aimé, puisque l'éphémère est le rêve de toutes les expériences et apprentissages, qui se déroulent dans le temps, l'espace et les dimensions, qui ne sont que des plans de conscience, qui n'ont qu'un seul but, celui de nous révéler ce qui est réel et ce qui ne l'est pas. Il appartient à chacun d'expérimenter et d'apprendre ce qui est éphémère de ce qui ne l'est pas. En restant identifié avec tout ce qui est éphémère, cela ne fait que révéler ce qui n'est pas consumé par l'Amour Absolu. Alors que vivre ce qui ne peut être altéré, modifié, changé, programmé, renouvelé, c'est vivre l'Éternel Présent en la Vie Éternelle pour tout consumer par le feu sacré de l'Amour Absolu. C'est se dépouiller de toute identification avec l'éphémère, ne plus être identifié avec ce qui sert de véhicule d'ancrage, réaliser que tout est un rêve, c'est en le vivant que l'on est libre, que l'on est en paix, dans la joie à tout consumer par Amour Absolu, puisque l'on réalise ce qui est de toute éternité à partir de ce qui ne l'est pas. Rien n'est plus pareil quand on vit ce dépouillement, il n'y a plus que l'Amour absolu, plus d'identification, rien n'altère, puisque le rêve n'a plus de pouvoir car tout est consumé par ce que nous sommes de toute éternité, la Vie Éternelle en l'Éternel Présent. Il n'y a pas de plus grande liberté que d'être la Vie Éternelle consumant tout par amour absolu. Par Régis Raphaël Violette Note de l'auteur, nous avons cette liberté de croire et de penser à tout ce que l'on veut expérimenter, de faire comme nous le sentons à tout ce qui est éphémère, quelle qu'en soit la réalité dans l'instant présent, rien ne perdure, tout est consumé par la Vie Éternelle en l'Éternel présent, ce qui est réel de ce qui ne l'est pas.





samedi 3 octobre 2020

Ce qui est réel de ce qui ne l'est pas.

 

Ce qui est réel de ce qui ne l'est pas.

En fait, l'homme depuis sa venue en ce monde, en ce qui constitue son univers, perçoit ce qui est réel à partir de ce qui lui sert de véhicule d'ancre à cette réalité, ce qui lui permet de penser, de vivre cette relation éphémère, puisque dans cette forme humaine, il ne peut que constater que tout a une fin et un commencement. Impuissant devant ce fait, il transmet son savoir, sa connaissance à travers les générations, créant ainsi la plus grande illusion qui soit, puisque l'homme ne fait que transmettre ce qu'il croit savoir comme étant la réalité. Qu'est-ce qui différencie l'homme des autres manifestations de la vie? En fait, rien ne le différencie à part son véhicule d'ancrage à ce monde qui diffère, mais la vie dans son ensemble, transmet son savoir par les générations suivantes, acquérant ainsi une connaissance qui permet à la vie de s'adapter, d'évoluer. Est-ce que l'homme est différent, le fait qu'il a un cerveau plus développé, qu'il semble être plus conscient? Ne vous fiez pas aux apparences car d'autres formes de vie ont d'autres capacités, une intelligence adaptée à un environnement propice à ses capacités hors du commun. Dans sa globalité l'homme perçoit la réalité selon ce qu'il pense comme étant réel de ce qui ne l'est pas, il ne voit que par sa forme humaine, croyant détenir une intelligence plus évoluée que ce qui est manifesté comme autres intelligences de la vie sur ce monde. L'être humain oublie facilement l'intelligence absolue de toute vie, quelque soit la vie, celle-ci a sa propre façon d'interpréter, d’interagir, de se familiariser, quel que soit son environnent, ce qui sert à son développement. Quelle que soit la vie, tout contribue, tout a sa raison d'être, tout joue un rôle clé à l'émancipation de la vie. Pourquoi, la vie dans toute sa manifestation, évolue de façon individuelle et à la fois collective, quelle en est son but? On constate que la vie dans son ensemble, n'est pas éternelle, qu'elle se renouvelle grâce à la fécondation, ainsi en est-il pour l'homme, transmettant ainsi ce qu'il croit et pense être, oubliant la cause, l'origine de toute vie, qui se vit à travers le temps, l'espace et les dimensions. Percevant ce qui lui semble réel de ce qui ne l'est pas. On se demande où est la vérité, vient-elle de l'homme où d'une autre forme de vie plus intelligente, d'un autre monde, d'un univers ou d'une dimension quelconque? La vérité absolue ne vient de nulle part de ce qui est éphémère, ni de l'homme, ni d'aucun ancrage à la vie, puisque cette vie a besoin d'évoluer, a besoin de faire des expériences, des apprentissages pour transmettre à sa progéniture, d'autres connaissances. L'être humain, qui dans son expérience avec la vie, s'identifie à sa forme humaine, prend celle-ci comme étant son seul repère, à être dépendant de ce qu'il pense et croit être, se créant des maladies, des peurs, des psychoses, des croyances et autres, créant ainsi à son image le personnage qu'il personnifie avec tant de conviction, victime des pensées, de ce qu'il croit comme étant la réalité, faisant face à son ignorance. Puisque le monde dans lequel il reste identifié lui reflète ce qu'il n'est pas en mesure d'accepter, d'accompagner, d'accueillir, de respecter et d'aimer, il ne fait que blâmer ce qui n'est pas en mesure de comprendre, d'intégrer comme étant la seule vérité absolue qui soit en la Vie Éternelle en l'Éternel Présent, qui est cette intelligence absolue se manifestant en tout ce qui est. La Vie Éternelle permet à toute vie de faire l'expérience et l'apprentissage de l'éphémère, en transmettant la connaissance acquise de chaque instant, à ce flot incessant de la vie éphémère, ce qui donne un but à la vie d'être et ainsi être en mesure transmettre cette connaissance. Alors que cette connaissance est maintenant à la portée de tous et de chacun, qui est prêt à l'entendre, à le vivre, à reconnaître ce qui est réel de ce qui ne l'est pas. Depuis la nuit des temps que cette vérité absolue se révèle à travers tout ce qui est éphémère, échappant à l'homme, puisqu'il est trop occupé à voir cette réalité illusoire à travers ce qui lui sert d'ancre, à croire qu'il est le seul à être plus intelligent, sans vouloir juger cette intelligence, nous conviendrons que cela a contribué à faire de ce monde ce qu'il est aujourd'hui, qui est à l'origine de toute cette souffrance émotionnelle, individuelle et collective. Qui d'autre que l'intelligence absolue de la Vie Éternelle dans son amour incommensurable et éternel est venu apporter la plus grande révélation qui soit? De permettre à l'homme de se dépouiller de son regard pour enfin épouser celui de la Vie Éternelle en l'Éternel Présent, le libérant, le dépouillant de toutes ces identifications à tout ce qui est éphémère et voir en toute chose l’œuvre de l'intelligence absolue de la Vie Éternelle consumant tout par le feu sacré de l'amour absolu. Je n'ai pas cherché, je ne l'ai pas demandé, c'est la Vie Éternelle par l'entremise de l'intelligence absolue qui m'a dépouillé de ce regard humain afin de voir ce qui est réel de ce qui ne l'est pas, en percevant que la manifestation de la Vie Éternelle en l'Éternel Présent consumant tout par le feu sacré de l'amour. Quelle que soit l'identification à l'éphémère, quelle que soit son expérience, son apprentissage rien n'est réel, ceux qui restent identifiés à leurs pensées, à leurs formes humaines, ne font que l'apprentissage de ce qui n'est pas réel de ce qui l'est, victimes de leurs ignorances, oubliant qu'ils sont avant toute chose, la Vie Éternelle en l'Éternel Présent, faisant l'expérience du personnage qu'il pense et croit être. Il n'en tient qu'à vous de vous libérer, de vous dépouiller de ce que votre mental humain pense et croit être, de toute identification à tout ce qui est éphémère, temps, espace et dimensions, car avant même de faire l'expérience à travers ce véhicule d'ancre à ce monde, rien ne peut altérer ce que nous sommes de toute éternité, la Vie Éternelle en l'Éternel Présent. Ne soyez plus victimes de votre ignorance, même si vous avez choisi de le vivre et de l'expérimenter, il n'y a pas de hasard si cette vérité absolue vient à vous, osez changer votre regard pour celui de la Vie Éternelle, l'amour absolu. C'est en vous libérant de toute identification à l'éphémère que la vérité absolue se vit en l'Éternel Présent. Par Régis Raphaël Violette

mardi 29 septembre 2020

Au-delà de toute identification, une vérité absolue

 

Au-delà de toute identification, une vérité absolue

Quelle peut bien être cette vérité, qui est au-delà de toute vérité ? Pourtant cette vérité est, et rien ne peut remettre en cause cette vérité, ce serait nier ce qui est à l'origine de tout ce qui est. Pourtant cette vérité se trouve en tout, dans tout ce qui est, contribue à tout, sans cette vérité il ne peut y avoir de réalité possible, d'expérience, d'apprentissage, d'interaction de quoi que ce soit. Pourtant, cette vérité est la plus grande manifestation qui soit, se manifestant dans toutes les dimensions, dans tout ce qui constitue une réalité, un univers, un monde, une vie quelconque, qui en même temps accompagne tout, où rien n'est laissé au hasard. Il n'y a pas de plus grande intelligence, une intelligence absolue, qui pourtant change continuellement, se manifestant dans tout ce qui est une réalité toujours renouvelée, ne connaissant pas de fin, qui renaît de sa propre destruction, une renaissance éternelle dans l'éternel présent. Le temps, l'espace et les dimensions ne sont que les témoins de cette renaissance éternelle, puisque rien n'est fixé, rien ne peut empêcher cette renaissance. Quelle que soit la vie éphémère, elle ne peut pas s'y souscrire, car la vie n'est que lumière, qui à travers le temps, l'espace et les dimensions, ne fait que projeter l'illusion parfaite d'une certaine réalité, où la vie éphémère laisse la forme prendre le dessus, qui abandonne cette forme pour une renaissance, suivant le flux incessant lié aux expériences et aux apprentissages de ce qui est éphémère au détriment de ce qui ne l'est pas. Cela peut paraître complètement fou, de réaliser que tout est l'œuvre de l'intelligence absolue de la Vie Éternelle, où tout joue un rôle d'une telle perfection, que rien ne peut être si parfait, que rien n'est laissé au hasard, que tout est juste, que tout a sa raison d'être, quelle que soit la vie éphémère, quelle que soit son expérience, son apprentissage avec la réalité qui est la sienne, tout a un but. On peut se demander le pourquoi et le comment de ce but, mais la réponse est plus simple qu'il n'y paraît. L'être humain est tellement identifié à ce qu'il vit à travers ce qui lui sert d'ancrage dans ce monde, qu'il oublie que dans d'autres réalités, d'autres univers, il n'y a pas que les petites intempéries, les catastrophes planétaires, la destruction des étoiles, les naissances d'étoiles, qui dépassent toute compréhension. Nous pouvons imaginer que si cela arrivait avec notre soleil, qu'arriverait-il à ce monde ? Il n'aurait même pas le temps d'y penser, qu'il vivrait une renaissance, tout en préservant ce qui ne change jamais, ce qui ne peut être modifié. Combien de personnes passent leur vie entière à rester identifiées à des choses qui n'ont pas d'importance, à des choses insignifiantes, à des biens matériels, à des croyances, des concepts, des peurs, au lieu de réaliser que le plus important est avant tout, ce qui nous rend éternels de ce qui ne l'est pas. Apprécier l'expérience de la vie, réaliser notre potentiel infini, que tout contribue à révéler la plus grande vérité qui soit, que nous sommes victimes de nos croyances, de nos identifications, de notre ignorance, puisque nous voyons ce monde, cet univers de dimensions, de formes et de voiles à travers l'expérience humaine, à travers son histoire, à travers son expérience de vie. Qu'avons-nous appris de l'origine de l'homme dans ce monde ? On peut dire qu'il a apporté le plus grand ego qui soit, mais en même temps il a apporté cette vérité absolue, où l'homme a pu transcender l'ego, se dépouiller de toute identification, pour se libérer de cette ignorance et faire face à ce qui s'en vient. En tout cas, l'homme ne peut pas continuer à vivre dans l'ignorance, à agir sans en payer les conséquences de ses actes. On peut essayer de rejeter la faute sur une minorité d'êtres humains, qui ne sont pas moins responsables que tous les êtres humains, qui se sont contentés de suivre les traces de leur histoire. Le fait de suivre cette voie a-t-il permis à certains de se libérer du passé, de mettre fin à l'ignorance ? De comprendre l'inexplicable, le pourquoi et le comment, de tous les malentendus, de se libérer du chaos interne et externe, de toutes les peurs, qui sont les conséquences de toutes ces expériences et apprentissages à toutes les identifications avec l'éphémère. Tout ce temps passé à croire en la vie éphémère, à croire en toutes les réalités, en toutes les dimensions, en d'autres plans de conscience, à croire en l'immortalité, à croire en quelque chose de plus grand, d'inaccessible, comme si pour y parvenir il fallait vivre des vies et des vies pour le toucher. Et que cette vérité absolue a toujours été présente, pour tout accompagner, pour tout accueillir, pour tout accepter, pour tout respecter, quelle que soit l'expérience et l'apprentissage, toujours dans sa justesse, dans sa raison d'être, dans sa perfection pour révéler ce qui n'est pas perceptible à celui qui est dans l'identification, pour vivre l'expérience et l'apprentissage de l'éphémère. Dans ce monde où la grande majorité des gens se laisse prendre au jeu de l'éphémère, du temps, de l'espace et de ce qui se manifeste, ce qui fait peur, ce qui pour certains reste sans voix. Et pas pour celui qui sait, qui pour une raison inconnue n'a pas essayé de comprendre le pourquoi, ni le comment de ce dépouillement, que sa seule raison est de mettre fin à l'histoire, celle de l'ego, celle de l'excès, de mettre fin à ce chaos interne et externe. Elle vient sans demander aucune invitation, sans aucune réserve, elle se fait entendre, comme un voleur qui sait ce qu'il doit faire pour que cette vérité soit révélée, à celui qui est prêt à l'entendre, à être dépouillé même si cela doit être éprouvant, que cela apporte une grande souffrance, à être dans le brouillard sans savoir où est la porte de sortie. Consumé par le feu sacré de l'amour absolu, il n'y a rien de plus beau et en même temps de plus éprouvant, un dépouillement total de l'éphémère, au vide absolu, pour vivre cette paix indescriptible, ainsi que ce silence, cette joie et cet amour incommensurable, rien de plus auquel s'accrocher, pas plus de temps, pas plus d'espace, pas plus de dimension, que l'éternel présent libre de tout ce qui est éphémère. N'étant en même temps rien du tout, la Vie Éternelle, le Présent Éternel consumant tout par le feu sacré de l'amour, tout ce qui est éphémère. Pour ceux qui ont peur, rien ne peut altérer ce que nous sommes de toute éternité, ce qui est, n'est que votre attachement à l'éphémère, qui n'est que l'expérience et l'apprentissage de ce qu'est l'éphémère, qui n'a rien à voir avec le réel, la révélation de cette vérité absolue, où tout est Vie Éternelle, lumière, paix, joie et amour absolu dans l'Éternel Présent. Que vous en soyez conscient ou non n'a aucune importance, rien ne sera épargné, tous vivront ce dépouillement. Par Régis Raphaël Violette

jeudi 24 septembre 2020

Ne cherchez pas la vérité absolue, celle-ci vient à nous.

 

Ne cherchez pas la vérité absolue, celle-ci vient à nous.

Nul ne peut altérer ce qui a été orchestré par l'intelligence absolue de la Vie Éternelle. On peut croire que dans ce monde éphémère règne le chaos, il ne faut pas se fier aux apparences, ce qui n'est pas perceptible, ce qui ne peut-être observé, identifié orchestre tout. Rien n'est laissé au hasard, d'un battement d'ailes à une éruption volcanique, tout a sa raison d'être, tout est juste. L'homme en n'est pas exclu, on peut penser que l'homme est en fait victime de ce monde, de cet univers de dimensions, de formes et de voiles, du temps et de l'espace, de tout ce qui est éphémère, comme il en est pour toute vie éphémère. Mais, est-ce vraiment le cas? L'un pourrait dire que c'est l’œuvre de l'ombre ou d'une quelconque force maléfique. C'est dans la nature de l'homme de chercher la cause de sa souffrance, de son incompréhension à comprendre ce qu'il vit, expérimente comme apprentissage, ne réalisant pas le pourquoi des enseignements de la vie éphémère. Que devons-nous comprendre? Rien n'est laissé au hasard, tout a sa raison d'être, quelle que soit la vie éphémère, tout contribue, de la même façon de ce qui se passe dans la nature où tout prend son sens, ou tout est enseignement sur l'origine de la vie, de ce qui la pousse à évoluer, à s'adapter aux changements climatiques ou autres. On peut concevoir l'intelligence absolue de la Vie Éternelle œuvrer en tout ce qui est, apportant le changement et c'est ce qui se passe, il ne peut y avoir d'exception. Qui aurait pu penser que l'homme puisse atteindre cette maturité qui le libère de toute quête, de toute recherche, de toute croyance, de tout concept, de toute pensée, ne se posant plus de question sur les pourquoi et les comment, en laissant l'intelligence absolue de la Vie Éternelle œuvrer en tout ce qui est. Avant la venue de l'homme en ce monde, il y en a eu des changements, climatiques ou autres, cela n'a pas empêcher à la vie éphémère de s'adapter. Quel est ce grand changement qui apporte la libération, qui libère l'homme des peurs, qui lui apporte cette paix éternelle, cette joie et cet amour incommensurable? Qu'est-ce qui lui permet de ne plus voir sa réalité comme une menace, mais de voir l’œuvre magistrale de l'intelligence absolue de la Vie Éternelle en tout ce qui est éphémère? Non pas pour apporter le chaos, mais la vérité absolue. L'homme réalise qu'il n'est pas qu'un être humain mais bien la Vie Éternelle qui à travers cette forme humaine contribue au changement. Il n'y a pas de bon ou de mauvais rôle, puisque tout est divinement orchestré et rien ne peut altérer ce que la Vie Éternelle a divinement accompli et cela avant même d'être vécu dans l'éphémère. Il ne pouvait pas avoir de plus grand changement, l'homme dépouillé de tout ce qui est éphémère, il ne se voit plus comme une victime, mais antérieur à tout ce qui est éphémère, à cette intelligence absolue qui l'a dépouillé, lui ouvrant les yeux, pas ceux de l'éphémère mais ceux de l'Éternel Présent où tout est lumière, paix, joie, silence où tout est amour absolu. Voilà le grand changement où l'homme se fait consumer, non pas par une force de l'ombre ou de lumière, mais par la Vie éternelle, consumant tout ce qui est éphémère pour qu'il n'y ait plus aucune interrogation, qu'il n'est plus aucun doute, plus aucune question, incompréhension, malentendu sur quoi ou qui que ce soit, révélant ce qui est réel de ce qui ne l'est pas. L'homme d'avant n'est plus, celui qui s'identifiait à l'éphémère est dépouillé de son ignorance car c'est la vérité absolue de la Vie Éternelle qui a mis fin à l'identification à l'éphémère. Peut-on donner une identification quelconque à l'homme? Non, puisque la vérité absolue est la Vie Éternelle en l'Éternel Présent et que son intelligence absolue a toujours tout orchestré, quelle que soit la vie éphémère, quelle que soit la dimension, l'espace et le temps. Il ne faut pas oublier que tout ce qui est éphémère est illusion et non pour ceux qui restent identifiés à la forme humaine, font partie de l'homme d'avant, faisant face à leurs peurs, à toute identification à l'éphémère. Que va-t-il se passer pour eux? Tout est divinement orchestré par la Vie Éternelle, rien n'est oublié, n'est laissé de côté, et cela est bien compris pour ceux qui vivent le dépouillement de tout ce qui est éphémère, perçoivent que la lumière de la Vie éternelle en l'Éternel présent, consumant tout par le feu sacré de l'amour. Pour ceux qui se posent des questions, avant toute chose, de toute éternité il n'y a que la Vie Éternelle en l'Éternel Présent, quoi que vous vivez, rien n'est réel, sauf ce qui est de toute éternité consumant tout par le feu sacré de l'amour. Par Régis Raphaël Violette