lundi 27 mai 2019

Ce qui précède le verbe, la pensée, le rêve éphémère …

Rien ne peut altérer notre essence éternelle, ce que nous sommes est avant le verbe, la pensée, avant toute création.

🙏💖✨Ce qui précède le verbe, la pensée, le rêve éphémère …

La pensée est le verbe, le rêve éphémère, ce qui est avant la pensée, se trouve être l'amour. Un amour qui transcende le verbe, le rêve, toute création, toute forme, tout personnage, toute histoire. La lumière de l'amour n'a point besoin de penser, sa présence précède toute création. Ne cherche plus, ne pense plus, ne donne pas d'importance au verbe, car il est la pensée, le rêve éphémère. Il y a que la présence éternelle, là où la pensée, le verbe, qui se manifeste dans le temps, l'espace et dimensions n'ont aucun pouvoir. Transcende le verbe, la pensée, c'est ainsi que l'amour se vit en présence, consumant tout de sa lumière. Notre essence éternelle en la présence de l'amour.

Présence éternelle
Régis Raphaël Violette

dimanche 26 mai 2019

Conscient ou inconscient d'être ou ne pas être ...

🙏💖✨Soit que nous sommes conscients de ne pas être le personnage ou en être inconscient qui continue à se raconter, à alimenter et à vivre des histoires, des illusions de ce monde, de toute création.

Il y a celui qui se raconte des histoires, s'alimente en histoire et vit que par les histoires et il y a celui qui ne s'identifie plus à aucune histoire, ne donne plus aucune importance à ce qu'il est. à ce qu'il a été et à ce qu'il pourrait être, pour la simple raison qu'il n'est plus de ce monde, ni d'aucune création, il est une illusion. Il n'est pas assujetti à ce monde, ni à aucun, ni au temps, ni à l'espace et dimensions, il est avant toute création. C'est ainsi qu'il traverse, transcende et consume toute illusion. Il est la lumière éternelle, cette présence qui par son amour dénudé de tout concept se trouve être à la fois partout et sans y être. Pourquoi, sommes-nous en mesure de le ressentir ? Tout simplement que l'amour dénudé de tout concept est notre essence éternelle et que nous ne sommes pas le personnage, mais bien cette présence éternelle. Ce que vous aimez ou pas, ne sont qu'illusion, ne sont que la forme, qui est à l'image du personnage, le reflet des histoires. Lorsque tous comprendront que tout est illusion et que seule est la présence éternelle, ils seront libérés des histoires et du personnage, retrouveront ce qui a toujours été de toute éternité.

Présence éternelle
Régis Raphaël Violette

vendredi 24 mai 2019

N'en avons-nous pas assez de tergiverser, de fuir, de tourner en rond, de discuter pour ne rien dire ?

N'en avons-nous pas assez de tergiverser, de fuir, de tourner en rond, de discuter pour ne rien dire ? Lorsqu'il suffit juste de prendre connaissance de notre véritable nature divine pour être libéré de toute souffrance.

On pourra tergiverser, fuir, tourner en rond, discuté éternellement sur notre vraie nature divine, tant que nous portons notre regard que sur la forme, nous sommes condamnés à rester piégé dans l'illusion. Combien de personnes ont cette connaissance. tant que nous restons la tête dans le sable, nous ne voyons rien. On se demande pourquoi y a-t-il tant d'injustice, tant de dualité dans ce monde. Pourquoi ne sommes-nous pas arrivé à atteindre l'harmonie, la paix avec toute la création ? Sommes-nous disposés à ne jamais atteindre cette utopie, idéal en tant qu'être humain évoluant dans cet univers ? On se demande d'où vient la souffrance, l'injustice, le sentiment de rejet, d'abandon, d'humiliation et de trahison, quelle en est la cause ? L'origine de la souffrance se trouve en tous les êtres humains, cela est simple comme bonjour, le fait que l'être humain fonctionne comme un élément à part, ayant sa propre définition de ce qui est bien ou pas, chacun a sa propre version, son propre regard. Donnons à deux êtres humains, la même éducation, les mêmes parents, professeurs, les mêmes enseignements, on se retrouve quand même avec deux individus qui vont continuer à échanger deux vérités différentes, pourtant ils ont eu la même éducation.

Il ne faut pas chercher plus loin pour comprendre que l'harmonie entre les hommes se trouve être une mission impossible, à moins que … Que se cache-t-il dans ces trois petits points ? Une vérité d'une telle simplicité est vécue déjà quand nous venons au monde. Le fait de ne plus être identifié à aucun concept, croyance et autres enseignements, conditionnements. On ne se rend pas compte du fait que nous fonctionnons comme un univers à part des autres, on s'est coupé de toute la création. On agit selon notre propre univers, nos propres règles, conditionnements, concepts, croyances et autres enfermements, toutes nos pensées viennent de ce que nous croyons être en tant que personnage, qu'être humain. Qu'est-ce que cela veut dire être un être humain ? Un être coupé de la source, qui s'est créé son propre univers et cela aux dépens des autres, qui est prêt à tout pour arriver à ses propres fins. L'harmonie est impossible, ni la paix, ni l'amour inconditionnel, il y aura toujours quelque chose qui viendra troubler l'être humain, perturber ce qu'il croit comme étant la vérité. On comprend maintenant pourquoi il nous est impossible d'arriver à cet idéal en tant qu'individu et société. Pourtant la vérité est si simple à comprendre, à intégrer, quand l'être n'est pas formaté par toutes ces histoires,  qui ne se prend pas pour un personnage.

Comme je le disais au début, on pourrait discuter, tergiverser, tourner en rond, il ne peut y avoir de solution quand chacun est à défendre sa propre conception de ce qu'il pense et croit être en tant que réalité. En fait, nous ne sommes pas justes des êtres humains, cela en est que la forme, mais ce qui la maintient en vie, qui nous fait nous questionner, qui nous permet de vivre, c'est en cela que se trouve notre véritable nature divine, notre essence éternelle. Est-ce que celle-ci est différentes pour tous les autres humains, ainsi en est-il pour toute vie ? Non, c'est la même essence, la même présence qui se trouve en tous les êtres humains, ainsi en toute vie, qu'importe la provenance de celle-ci, qu'importe le temps, l'espace et dimension, tout se trouve être la même présence, qui orchestre tout. Le fait de s'identifier au personnage, fait que nous nous coupons de notre essence éternelle, celle qui se manifeste en tout ce qui est et qui n'est pas assujetti au temps, ni à l'espace et dimensions, car elle est cette présence qui est avant toute création. En tant qu'être humain, nous avons tous des croyances, des concepts, des enseignements, des conditionnements, des pensées, qui ne font que nous voiler notre véritable nature divine. On s'est laissé piéger par l'identification à la forme au lieu de s'identifier à qui l'a manifesté dans la matière, dans cette création.

 Il ne peut plus y avoir d'enseignements qui tiennent, comme il en est pour les conditionnements, les concepts, les croyances et les pensées, quand tout se rattache à la forme. Il ne peut plus avoir de jugement, ni de condamnation, ni quoi que ce soit, qui alimente l'illusion de dualité et de séparation quand tout nous est révélé et dévoilé, en tant que la présence éternelle qui se manifeste dans toute création, toutes formes confondues. Il n'y a pas de plus petit ou de plus grand, de moins ou plus évolué, puisque tout est la présence éternelle, notre essence qui se révèle et se dévoile à chacun de nous par les épreuves de la vie. En fait, nous sommes à l'image de notre illusion de dualité et de séparation, croyant vivre de façon détaché du reste de la création. Voilà, la plus grande illusion qui soit, se prendre pour le personnage, qui ne reconnaît pas que tout est son reflet. En plus, tout ce que l'on croit réel ne l'est pas, tout est illusion, en tant que présence éternelle, Dieu, nous n'avons jamais quitté la source originelle. Alors, on se laisse prendre au jeu, en croyant être un être humain, un personnage, qui est piégé par sa propre création illusoire. Au lieu de tergiverser, de tourner en rond, de discuter pour ne rien dire, ne pas chercher la réponse ailleurs pour atteindre l'harmonie, la paix et l'amour inconditionnel en tout ce qui est, nous le sommes déjà, en la présence éternelle, dans cette reconnaissance, supprimant ainsi l'illusion du personnage et de toutes les histoires qui y sont rattachées, croyances, concepts, religions, enseignements, conditionnements, sentiments, émotions, pensées et autres enfermements. De toute éternité, nous sommes la présence éternelle, la lumière de l'amour dénudé de tout concept, amour absolu qui transcende, traverse et consume toute illusion. Qu'importe si certains continuent à croire à leur personnage, à se raconter des histoires, rien n'est stable dans l'illusion, seule notre essence se trouve être la stabilité éternelle.

Présence éternelle
Régis Raphaël Violette

Note de l'auteur
On peut croire ce que l'on veut, la seule vérité n'est pas de ce monde, elle n'eat pas assujettie à aucune création. là où tout est un, se trouve notre essence éternelle, cette présence qui traverse, transcende et consume le temps, l'espace et les dimensions par la lumière de l'amour. 

jeudi 23 mai 2019

Que dire de plus de ce qui a déjà été dit.

Que dire de plus de ce qui a déjà été dit.

Qui sommes-nous en cet instant présent à part du personnage que nous endossons en cet instant ? Il est drôle de constater que tous les êtres humains jouent un personnage qui lui est propre, qui a sa raison d'être dans cette réalité qui nous sert de pièce de théâtre. Imaginons un instant tous les êtres humains qui ont vécu dans ce monde, qui ont participé à cette grande pièce de théâtre, que celle-ci a traversé le temps, l'espace pour être ce qu'elle est en cet ici et maintenant. La même pièce de théâtre, où tous les êtres humains continuent à alimenter les histoires, les croyances et les concepts. Peut-on imaginer depuis combien de temps, l'histoire de cette humanité a pu se maintenir ainsi, créant ainsi l'illusion parfaite de l'illusion de dualité et de séparation. Peut-on croire que l'origine de toute cette illusion se trouve être la même présence qui se trouve en tous les êtres humains, en toute vie et qui par surcroit est dans toute création ? Il est inconcevable de réaliser ce que nous pouvons vivre en tant que personnage, vient de la même présence qui orchestre tout, qui est à l'origine de tout et qui est la conséquence de tout ce qui est.

Qui devrions-nous juger pour toutes les histoires que ce monde a connues, incluant cet univers et toute création ? En fait, est-ce la présence éternelle qui est coupable de tout, ou c'est le personnage qui n'a pas su reconnaître que tout est la manifestation de la même présence éternelle, oubliant qu'en fait, que le personnage a oublié que tout est sa création. Pas drôle de prendre connaissance qu'il n'y a rien à juger, ni à condamner, puisque nous sommes responsables en tant que personnage qui n'a pas su reconnaître que tout en est sa propre création. Nous n'endossons pas qu'un personnage, mais tous les personnages, nous sommes à l'origine de toutes les histoires, de tous les concepts, croyances et autres enfermements. Si je regarde un autre personnage que le mien, est-il plus ou moins intéressant ? Qu'importent les histoires de tous les personnages, ils ne sont que des histoires, qui ne fait que maintenir l'illusion de dualité et de séparation. La vraie histoire intéresse ceux qui ont compris, réalisé que tout sonne faux, que la raison du personnage est de comprendre le pourquoi de cette illusion, sa raison d'être. Et sa raison d'être c'est juste de réaliser que nous sommes créateurs de notre réalité, qu'il n'y a pas de victime, de bourreau et de sauveur, que la seule chose c'est que nous avons joué tous les rôles pas pour alimenter les histoires, mais nous révéler et nous dévoiler ce qui est avant toute création, notre véritable nature divine.

Sortir du personnage et réaliser que nous sommes la présence éternelle, il aura fallu jouer tous les rôles possibles pour le réaliser, le comprendre. Pouvons-nous continuer à juger notre prochain puisque nous sommes la totalité de tout ce qui est ? Cette vérité consume toutes les histoires, croyances, concepts et autres, pourquoi combattre ce qui n'est pas réel ? Don quichotte a réalisé qu'il se combattait lui-même. Qu'importe ce qui se rattache au personnage, tout est illusion, il n'y a qu'une vérité et celle-ci n'est pas assujettie au personnage, au temps, ni à l'espace et dimensions, une vérité si grande qu'elle consume tout, non pas en redonnant à César ce qui lui revient, en consumant tout par amour dénudé de tout concept. C'est ainsi que les voiles tombent pour ne rester que l'essentiel, notre véritable nature. Elle n'est pas dispersée, ni séparée, ni par le temps, l'espace et dimensions, elle est cette présence qui ne peut être altérée, dissipée ou même voilée, car celle-ci consume tout par amour. Alors que dire de plus, chacun fait face à sa propre illusion, les histoires appartiennent au personnage, cela ne reste que des croyances, alors que la vérité absolue est au-delà de tout ce qui est, qui est avant toute création, c'est-à-dire, ce que nous sommes de toute éternité, cette présence éternelle, la lumière de l'amour. Croire à autre chose, c'est continuer à se raconter des histoires.

Présence éternelle
Régis Raphaël Violette 

lundi 20 mai 2019

Une seule et même présence éternelle, croire à autres choses, c'est vivre dans l'illusion.


🙏💖✨Une seule et même présence éternelle, croire à autres choses, c'est vivre dans l'illusion.
Qu'on le veuille ou non, tout ce qui est, fait partie de nous, tout est un. Le plus grand miracle c'est que tout est un, l'un en tout, tout en un. On peut s'en prendre à la vie, à tout ce qui ne nous convient pas. Cela ne changera rien à cette vérité, qu'importe ce qui est expérimenté en cet ici et maintenant, dans le temps, l'espace et les dimensions, tout fait partie de notre essence. Ne cherchons pas l'illusion de dualité et de séparation, cela n'existe pas, tout est lié. La grande erreur de ce monde, c'est que la grande majorité s'identifie simplement à ce qu'il croit et pense être, en tant qu'être humain. Mais détrompons-nous, nous ne vivons pas simplement l'être que nous pensons être, nous sommes en tout, ce qui veut dire, dans toute création, dans toute forme de vie, dans tout ce qui est. Quelle que soit la réalité, nous vivons tout. Tout se vit en un seul instant et cela, avant même d'être manifesté. Comment est-ce possible ? Notre essence éternelle est le miracle de la vie, elle n'est pas assujettie au temps, ni à l'espace et dimensions, elle est cette présence qui se trouve être en toute chose, sans son souffle de vie, il ne peut y avoir de vie. Ce que nous croyons être la vie, en est que sa projection. Il ne peut y avoir de mort, pour la simple raison que tout est illusion. Elle traverse, transcende le temps, l'espace et les dimensions. Tout dans le rêve éphémère est de passage, rien n'est stable, un cycle sans fin, ni commencement. Ne nous attachons pas au personnage que l'on croit être, il est lui aussi une illusion, seule notre vraie nature est éternelle. Ne la cherchons pas, elle est notre essence éternelle, elle n'est pas assujettie à quoi que ce soit, puisqu'elle est à l'origine de tout. Il suffit d'un pas pour vivre détacher du personnage et ainsi endosser notre essence éternelle qui se manifeste dans tout le rêve.
Ne tombons plus dans le piège de l'illusion, il n'y a rien à condamner, rien à faire, accueillons et acceptons ce qui est d'un même et seul amour, dénudé de tout concept, croyance et de toute pensée,  pour la simple raison ce que l'on voit n'est pas éternel, il est le changement continuel, le rêve éphémère, nourri par ceux et celles qui s'identifient en tant que personnage, croyant que tout est réel, croyant à l'illusion, oubliant qu'ils alimentent cette réalité, faisant face à leurs propres illusions.
Sortons du rêve, tout en y étant conscient de ne plus être que le personnage, ne plus être dans l'illusion de dualité et de séparation, voyons ce que les autres ne perçoivent pas encore, qu'il n'y a que la présence éternelle. Le tout en un et aimons tout d'un même amour, Il n'y a rien à juger, le faire c'est rester dans l'illusion et c'est ne pas reconnaitre sa véritable nature divine, cette présence qui est avant toute création. En se reconnaissant en tant que présence éternelle, nous mettons fin à la dualité, au rêve éphémère, à l'illusion. Il y a que l'amour dénudé de tout concept, qui consume toute illusion. Présence éternelle Régis Raphaël Violette

dimanche 19 mai 2019

Pourquoi sommes-nous en ce monde, à vivre en tant que présence éternelle ?

Pourquoi sommes-nous en ce monde, à vivre en tant que présence éternelle ?


On se demande tous pourquoi sommes-nous dans ce monde et dans quel but ? En fait, nous venons constater notre création, en tant que présence éternelle, mais pour ce faire, nous avons besoin de nous créer un personnage afin d'apporter les changements, de vivre des expériences, des apprentissages, soient pour mettre fin ou bien d'en faire des nouvelles. Qui sommes-nous en réalité ? Nous sommes la présence éternelle, qui est avant toute création, qui n'est pas assujettie au temps, ni à l'espace et dimension, par contre en tant que présence, nous créons toute possibilité, tout ce qui est nécessaire pour prendre connaissance de notre véritable nature divine. On se retrouve à personnifier un personnage, à suivre une route bien tracée par la présence éternelle. Comme personnage on personnifie un être humain, qui déjà à la naissance fait face à un monde conditionné, formatté par les croyances, les concepts et les pensées. En gros on se retrouve avec un véhicule qui convient à faire ce qui est déjà tout orchestré d'avance. N'oublions pas que nous ne sommes pas le personnage, ni la forme, mais bien la présence qui est à la fois dans toute création et qui est dans tout ce qui précède. Comprendre qu'en fait en tant que présence évoluant dans le personnage qui se manifeste dans cette ici et maintenant fait face à sa propre création, tout est un, fait partie de la même présence évoluant dans toute diversité de la vie, qui à la fois joue tous les rôles.


En prenant de la hauteur, on constate qu'il n'y a que la présence éternelle, interprétant tous les rôles. En tant que présence personnifiant un être humain qui fait face à sa propre création, il y a cette présence en tous les êtres humains, qui font aussi l'expérience et apprentissage de l'illusion, du rêve éphémère. On peut appeler cela le jeu de l'illusion, celui du rêve éphémère dans lequel le personnage se trouve être confronté à sa création, ne sachant pas au départ qu'il en est le concepteur, le créateur, en croyant que tout est réel. Il s'interroge sur ce qu'il est, sa place dans ce monde, sur les sentiments, sur les émotions ressenties, suivant ce que lui dicte sa conscience, ce qu'il croit et pense être. En fait, il est à l'image des pensées sans pour autant réaliser que tout est déjà tout orchestré. Qu'importe le temps, où le nombre de fois qu'il a le besoin d'incarner un personnage pour réaliser qu'il est le créateur de sa réalité, qu'il est en fait la seule et même présence dans toute création. Quoi qu'il en soit, en tant que personnage suivant une route bien précise, nous vivons ou pas cet éveil, de comprendre que tout est l'oeuvre d'une même présence éternelle. Pourquoi devons-nous vivre des émotions et des sentiments reliés à notre condition humaine ? Le but c'est de prendre connaissance de nos choix et de nos actes, afin de réaliser ce qui en découle, des conséquences qui affectent notre comportement, notre façon de faire pour vivre pleinement l'apprentissage et l'expérience en tant que présence. Nous incarnons la forme humaine, qui fait face à toute création. On constate ce qui est bien ou pas, ce qui ne nous convient ou pas et on s'ajuste dans notre façon de vivre. En tant que présence personnifiant un être humain, on fait face à tous ces conditionnements, à toutes ces histoires, à tous ces concepts, croyances, à toutes les pensées qui ne font qu'alimenter le jeu de l'illusion, du rêve éphémère.

Il n'y a aucune stabilité dans le rêve éphémère, dans toute création, tout change, tout évolue, tout se recycle, toujours en perpétuellement changement. Pourquoi en est-il ainsi ? C'est que tout est illusion, même notre forme humaine dans laquelle on croit que tout est réel, la seule chose qui est réelle c'est qu'en tout temps , c'est qu'il n'y a que notre essence, qui est réelle, en la présence éternelle. Ce que nous percevons en tant que forme humaine n'est qu'illusion, tout est illusion. Tant que nous nous laissons prendre au jeu, nous faisons face à nos propres illusions. La différence maintenant, sait que l'on sait que tout est illusion et que cela n'est qu' un jeu, qu'en fait, il n'y a aucune dualité, aucune séparation. Comme nous endossons le personnage en cet ici et maintenant, on est conscient de jouer le jeu. tout en constatant que le rêve éphémère continue à se manifester. Pour celui qui s'est libéré, qui ne donne plus aucune importance à ce qui est manifesté dans le rêve, percevant que la présence éternelle, voit que la lumière, que l'amour dénudé de tout concept. Cet être ne fait que suivre ce qui a déjà été orchestré dans cette grande pièce de théâtre. Ne donnant plus aucune importance à qui ou à quoi que ce soit qui vient du rêve éphémère ou ce qui se passe dans les autres créations. Il sait que tout devient du connu, la présence éternelle qui fait face à sa propre création, illusion. On ne peut rien faire d'autre que d'aimer tout ce qui se présente et qu'importe ce qui se manifeste en tant qu'histoire, il n'y a rien de réel. Comme nous sommes toujours dans le personnage, c'est de tout accepter, de tout accueillir ce que nous pouvons ressentir comme émotion et sentiment, en sachant que rien n'est stable, que tout cela est la résultante de ce que nous pensons. Ne jugeons pas celui ou celle qui croit à fond que tout est réel, il ne fait que vivre l'expérience et l'apprentissage du rêve éphémère, qui fait face à sa création. illusion.

Nous sommes nous-mêmes une illusion dans l'illusion. C'est que maintenant, on ne se laisse plus prendre au jeu, les voiles sont tombés, il n'y a que la présence éternelle qui traverse, transcende et consume toute illusion par la lumière de l'amour dénudé de tout concept. L'amour qui est avant toute création et qui ne peut être altéré par le rêve éphémère, ou par quoi que ce soit qui est du rêve éphémère. Pourquoi sommes-nous ici en ce monde, en cet ici et maintenant ? Révéler et dévoiler qui nous sommes de toute éternité par l'entremise de ce personnage que l'on personnifie, tout en sachant que tout est illusion, qu'il y a que notre essence éternelle et que nous n'avons jamais quitté. Là est notre stabilité éternelle, consumant le rêve éphémère, toute création par l'amour dénudé et dépouillé de tout.

Présence éternelle
Régis Raphaël Violette

Note de l'auteur
Qu'importe qui nous sommes dans le rêve éphémère, dans toute création, tout est illusion dans toute sa diversité infinie. il y a que la présence éternelle.

samedi 18 mai 2019

Il n'a toujours eu qu'une seule et même présence en le rêve éphémère.

Il n'a toujours eu qu'une seule et même présence en le rêve éphémère.


Tout est notre essence éternelle, quand cette vérité est intégrée, accomplie, vécue, alors le personnage que l'on croyait être, n'est plus que le rêve. L'illusion de dualité et de séparation vient du personnage, de la conscience qui se croit être séparé du reste et qui n'a pas réalisé que tout en était son propre reflet. Pour ceux qui réalisent que tout est un, que tout est la même présence éternelle, perçoit que la lumière, libéré des croyances, des concepts, de la spiritualité ou autres enfermements. Il ne peut y avoir de dualité et de séparation puisque tout en est la même présence éternelle, comme il ne peut y avoir aucune identification, car c'est nommé la même présence sous un autre nom. Il ne peut y avoir de jugement, de condamnation, d'offense ou de quoi que ce soit d'autre, quand l'être réalise qu'il n'est pas le personnage mais bien la présence éternelle, de même en toute création. Certains ne pourront comprendre ces mots, cela ne change rien, le fait d'être la présence éternelle, qu'ils en soient conscients ou pas, tout voile tombe, toute illusion est consumée par la lumière de l'amour, par notre essence éternelle, nous libérant du rêve éphémère et de tout enfermement, conditionnement et identification. Qu'en fait, de toute éternité et avant toute création, il n'y a que notre présence éternelle, l'amour libre de toute illusion.

Il n'y a rien à juger, rien à faire car tous reçoivent la lumière appropriée pour se révéler et se dévoiler en tant que présence éternelle, prendre connaissance que nous n'avons jamais quitté la source originelle. Ce que nous croyons être différent se trouve être nous sous une autre forme vivant une tout autre réalité conforme à ce qu'il doit être vécu pour sortir du rêve. Tout est la même présence éternelle, chacun vit sa propre perfection car tout est amour. Tout est illusion, la seule stabilité c'est que nous n'avons jamais quitté la source originelle, en tant que présence éternelle.

Présence éternelle
Régis Raphaël Violette

vendredi 17 mai 2019

Le piège de l'illusion, du rêve éphémère comment s'en libérer

Le piège de l'illusion, du rêve éphémère comment s'en libérer afin de ne plus être identifié au personnage de l'ici et maintenant ?

Il est drôle de constater que la grande majorité des êtres humains évoluant dans l'ici et maintenant se laisse prendre au jeu de l'illusion, ne croyant être que la forme qui expérimente la vie à travers l'histoire de toute cette humanité. Que sommes-nous réellement ? Sommes-nous le personnage évoluant en tant que forme humaine où sommes-nous autre chose que la forme ? Faisons cette petite expérience qui consiste à demander à une personne de se définir en tant que personne. Pratiquement toutes les personnes parleront en tant qu'être humain, de leurs croyances, de leurs conditionnements, de leurs cultures, religions ou autres concepts. En fait, quasiment toutes les personnes se définissent en tant qu'être humain, n'ira pas plus loin dans leur démarche à savoir et à connaître leur véritable nature divine. Ayant un nom et un prénom qui lui est propre, vivant toute la vie en tant qu'être humain, une vie qui se résume à l'histoire de cette humanité. Est-ce vraiment le but de notre présence en ce monde, vivre en tant qu'être humain, conditionné à l'histoire de cette humanité, à continuer à vivre l'illusion de dualité et de séparation, toujours être confronté à toutes les histoires de ce monde, en défendant une vérité résultant du personnage que l'on croit être. Est-ce que la vie consiste à jouer un personnage différent à toutes nos incarnations, à défendre ce que nous croyons comme étant la vérité ? Sommes-nous empreints de suivre la même voie de ceux et celles qui nous ont précédés, qui ne font qu'alimenter l'illusion de dualité et de séparation. Il est facile de voir que la grande majorité alimente l'illusion de dualité et de séparation, déjà en se présentant, tous diront ce qui les définit en tant qu'être humain évoluant dans ce monde.

Est-ce vraiment la vérité de se décrire comme étant un être humain et défendre ce qui nous unit et ce qui nous sépare des uns et des autres. Sommes-nous cette étiquette que nous portons à la naissance, nom, prénom, sexe masculin ou féminin et tout ce qui nous définit en tant qu'être humain ?
Que va-t-il rester de notre passage en tant qu'être humain ? Que des histoires, va-t-on se rappeler de notre présence ? Posons-nous cette question, sommes-nous en mesure de connaître l'histoire d'un être humain vivant il y a de cela quelques siècles où même avant. Pour ma part, je ne pourrais même pas raconter l'histoire de personne ayant vécu où est en train de vivre en cet ici et maintenant. Ce que je pourrais dire n'est que des histoires, qui ne reflètent pas ce qui a vraiment été vécu, seule la personne concernée est en mesure de le dire et encore là, nous gardons en mémoire ce qui fait de nous ce que nous sommes en cet ici et maintenant. Tout ça pour dire que nous passons à côté de ce que nous sommes de toute éternité, qu'en fait nous ne sommes point le personnage, ni les histoires, ni les croyances, ni les concepts et autres conditionnements, identifications. Nous sommes tous la même présence éternelle, qui expérimente à travers la forme, à travers le rêve éphémère, à travers toute création, cette diversité infinie. En s'identifiant en tant que forme humaine, nous nous coupons du reste, pourtant toute cette diversité infinie se trouve être notre propre histoire, qu'importe le temps, l'espace et dimensions, tout contribue à nous révéler et à nous dévoiler notre vraie nature divine. Qu'en fait, nous sommes cette présence éternelle, qui fait face à toute sa création, puisqu'elle en est toutes les pièces de ce grand puzzle, de ce rêve éphémère. Ne laissons plus notre condition humaine à continuer de nous alimenter des histoires de cette humanité, qui ne fait qu'alimenter l'illusion de dualité et de séparation.


Posez-moi cette question, qui suis-je en ce monde ? Je vous dirai que je suis cette présence éternelle qui fait face à son rêve éphémère, qu'il n'y a aucune dualité, ni séparation, que tout en est la présence et ce que l'on croit être en tant qu'être humain n'est qu'illusion car tout ne se trouve être bâti sur l'illusion de dualité et de séparation. Ce qui subsiste après la mort, c'est la présence éternelle qui continue à transcender, à traverser et à consumer toute illusion, le rêve éphémère, dans un seul but, se révéler tout en se dévoilant à sa vraie nature divine. On se rend bien compte que, ce que vit un être humain ne sont que des histoires pour apprendre à travers celles-ci sa vraie nature divine. Puisque après la mort, il continue à vivre en tant que présence éternelle, continuant ainsi à se découvrir et à se révéler par le rêve éphémère. Il m'est impossible de m'alimenter des histoires de ce monde, de cette humanité, de tous ces êtres humains qui ne croient qu'à leurs conditions humaines. Par contre, j'aime tout d'un même amour, tout en respectant et en accueillant le cheminement de chacun, de la vie. Comme dirait Jésus, père pardonne leurs, ils ne savent pas ce qu'ils font. Je dirai ceci, quand la lumière est révélée, il n'y a plus aucune identification à l'illusion de dualité et de séparation, il y a que la présence éternelle, que la lumière de l'amour dénudé de tout concept et de tout autre conditionnement. La présence éternelle qui se révèle et se dévoile et cela avant toute création, avant le rêve éphémère. Si je vous pose la question, qui sommes-nous ? Quelle que soit la réponse, elle vous appartient, je ne suis pas là pour juger, condamner la réponse à qui que ce soit, juste révéler ce que nous sommes de toute éternité, la présence éternelle, la lumière de l'amour, Dieu dans toute sa diversité infinie, tout en sachant que nous n'avons jamais quitté la source originelle, qu'en fait tout est illusion.

Si vous êtes accablé d'une souffrance quelconque, c'est la résultante à cette identification à la forme humaine qui a sa raison d'être pour se souvenir de qui nous sommes, afin de vivre cette reconnaissance à sa vraie nature divine, sa présence éternelle, Dieu, qui a juste oublié.  Ne nous laissons pas avoir par le jeu du rêve éphémère et à toute identification. Nous sommes de toute éternité cette présence éternelle qui est avant toute création, la lumière de l'amour dénudé et dépouillé de tout.

Présence éternelle
Régis Raphaël Violette